Serge Gainsbourg

Feb 25

Son caractère

Vie privée

Serge Gainsbourg commence à souffrir de sa laideur à l’âge de 13 ans, c’est justement l’âge où il commence à fumer afin de se vieillir.

Sa laideur expliquait tout: sa violence, sa timidité, son dandysme suicidaire, son sens de l’esthétisme, sa misogynie, son goût pour les prostitués et son succès…

Cette laideur est sans doute chez lui la source d’une hystérie masculine assez contemporaine où il serait précurseur. Dans ses dernières années, comme on le voit dans le film Charlotte for Ever, il se faisait vomir pour ne pas grossir.

“Ma mère était belle, mon père aussi, je ne vois pas d’où peut venir ma laideur…Peut-être de mon chien…”

Malgré cela Gainsbourg enchaînera les conquêtes amoureuses:

Elisabeth Levitsky, Juliette Gréco, Brigitte Bardot, Jane Birkin ou encore Bambou.

Bardot est un électrochoc dans la vie de Gainsbourg. Leur liaison de quelques semaines le lave en effet d’un perpetuel tourment: sa laideur.

Elle lui avait donner ordre de lui composer la plus belle chanson qu’il puisse imaginer: dans la nuit même il avait écrit Bonnie and Clyde et Je t’aime moi non plus. Mais après avoir enregistrée Bonnie and Clyde avec la magnifique voix de Bardot celle-ci recule, effrayée d’avoir enregistré le premier hit sodomite de l’histoire de la pop. Elle demande a Serge de ne pas sortir le morceau et part a Almeria tourner un film de plus.

Le disque sort, c’est un scandale international. Bardot et Gainsbourg font les couvertures du monde entier. Bardot déclare arrêter le cinéma pour se consacrer uniquement à la chanson avec son chéri.

Gainsbourg est guéri, il a connu bibliquement une star, il est fin prêt pour une petite anglaise…

Jane Birkin.

“Jamais je ne me suis aussi bien entendu qu’avec personne” (Serge Gainsbourg parlant de Birkin)

Au début le courant passer mal entre ces deux personnages. Il lui reprochait de ne pas parler un mot de français. Ils finiront par bien s’entendre et pour cause: ils vivront une grande histoire d’amour durant 13 ans.

Jane avait déjà une enfant, Kate Berry, puis en 1971 naît leur fille, Charlotte Gainsbourg.

Avec Jane, Gainsbourg rajeunit, renouvelle son inspiration, change de style: il se laisse pousser la barbe et les cheveux, il devient beau.

Mais en 1980 Serge paye le prix de ses excés en tout genre (alcool, cigarettes…) et se fait quittait par Jane qui ne supporte plus de le voir se détruire.

Ces deux histoires d’amours sont énormement connue, simplement par le fait que Bardot et Birkin sont, tout comme Gainsbourg, des artistes.

“Moi je plais aussi à certaines femmes, mais quand elles sont déjà intelligentes, ce qui en limite le nombre” S.G

Vie publique:

Gainsbourg est très connu pour sa provocation, aussi bien dans ses gestes, dans ses chansons que dans son comportement. Il parle ouvertement des sujets tabous tels que le sexe, l’argent, la prostitution et la religion, avec aisance. Il surprend, choque, provoque et cela lui plaît.

Gainsbourg brûle deux billets de 500 francs sur un plateau TV le 20 mai 1985, c’est un acte illégal qui peut engendrer des années de prison ou une forte amende, Gainsbourg l’a fait pour expliquer que le fisc le taxe à 74%. Emplus de ça il dit “C’est illégal ce que je vais faire, mais je vais le faire quand même…”

Gainsbourg commence très pauvre pour devenir immensément riche. Il a un rapport curieux avec l’argent, “il le chie, le flambe, le dépense”.

Sa générosité est légendaire: Les chauffeurs de taxi se battent devant sa porte car ils savent que Gainsbourg lâche pour 500 Francs de pourboire.

Gainsbourg se met a fumer trés tôt pour finir a deux paquets de gitanes par jour. Il fréquente les boîtes de nuit et les beuveries en grande quantité. Mais cela ne fera pas bon ménage longtemps, il subira un premier infarctus. Une fois de plus Gainsbourg montrera son caractère provocateur: il refuse de s’allonger sur la couverture des pompiers et réclame la sienne, une Hermès. Une fois sur le lit d’hôpital il dit a Jane d’attendre que la presse vienne le filmer avant de sortir. Sa vie privée est ouverte à la presse mais c’est un choix qu’il a décidé lui-même.


Nov 19
•Chez Gainsbourg, il y a tout. La poésie, l’humour, la provoc, le désespoir, l’amour, le sexe, l’alcool… Gainsbourg, c’est nous tous. Sans faux-nez, beau et laid à la fois. Personnalité singulière de la culture française, Serge Gainsbourg fut bien plus qu’un chanteur. Musicien, compositeur, poète, écrivain, acteur, réalisateur, peintre, ” l’homme à la tête de chou ” fut avant tout un immense mélodiste et un auteur de génie qui savait manier la langue française avec un talent très personnel.

•Chez Gainsbourg, il y a tout. La poésie, l’humour, la provoc, le désespoir, l’amour, le sexe, l’alcool… Gainsbourg, c’est nous tous. Sans faux-nez, beau et laid à la fois. Personnalité singulière de la culture française, Serge Gainsbourg fut bien plus qu’un chanteur. Musicien, compositeur, poète, écrivain, acteur, réalisateur, peintre, ” l’homme à la tête de chou ” fut avant tout un immense mélodiste et un auteur de génie qui savait manier la langue française avec un talent très personnel.